Lancer la recherche
Découvrez Villefranche

AccueilActualitésToute l’actualitéUn tableau de Jean de Pomairols restauré par la Ville

Un tableau de Jean de Pomairols restauré par la Ville

Publié le 6 avril 2017
Dans le cadre de sa politique de mise en valeur du patrimoine, la Commune de Villefranche-de-Rouergue vient de procéder à la restauration d’un tableau de Jean de Pomairols, classé au titre des Monuments historiques.

En raison de son état très abîmé, celui-ci était conservé dans les réserves des archives municipales. Aujourd’hui, il peut de nouveau être présenter aux public à l’Hôtel de Ville.

Après une phase d’étude de diagnostic de conservation, cette opération confiée à l’atelier spécialisé Sandrine Cailhol, a consisté à mener diverses actions méticuleuses de traitement de la peinture mais aussi du cadre : dépoussiérage, nettoyage de la face et du revers, dévernissage, greffe de toile et reprise de déchirures, doublage, masticage des lacunes, réintégration colorée, vernissage de la peinture, traitement insecticide du cadre, intervention sur le support cadre et la polychromie.

Cet opération représente un investissement de 7 750 € HT financé avec l’aide du Conseil Départemental de l’Aveyron (35%), de l’État et de la Région Occitanie (20%).

Descriptif du tableau

Ce tableau représentant Jean de Pomairols (1592-1656) dans son habit d’apparat est sans doute l’œuvre d’un peintre local influencé par la peinture parisienne du milieu du XVIIe siècle. Son auteur, non identifié, pourrait relever de l’école toulousaine.

Durant la peste de 1628 (avril à décembre), les principaux habitants et les consuls quittent la ville pour fuir la contagion, Jean de Pomairols reste dans la cité pour éviter tout pillage et tumulte. Au début de 1629, la ville est réinvestie. Par délibération consulaire du 16 février 1629, le jardin et la maison de Jean de Pomairols sont anoblis. En 1630, on installe dans la salle d’audience du Consulat un tableau et une plaque de cuivre en l’honneur de ses services rendus à la ville. Par lettre patente du 14 juillet 1633, le roi donne 600 livres de pension annuelle à Jean de Pomairols pour ses services rendus à Villefranche-de-Rouergue à l’occasion de la peste de 1628.

Toutefois, en 1667, suite à quelques contestations au sujet du Consulat, le portrait peint à l’huile et la plaque sont brisés et enlevés par le sieur François Bouffard, conseiller, beau-frère de M. Durieu, juge mage. Un procès criminel se tient entre Jean de Pomairols et les consuls, tenus pour responsables de cette violente action. Suite au procès, un arrêt du parlement de Toulouse lui donne raison. Les consuls sont condamnés à refaire, à leurs frais, un nouveau portrait ainsi qu’une nouvelle plaque de cuivre.

Depuis, ce tableau a toujours été conservé dans le consulat puis dans les hôtels de ville successifs en mémoire du dévouement de Jean de Pomairols pour sa ville.

Retour � la page pr�c�dente
Fermer cette fen�tre
  • Ajouter à Facebook
  • Ajouter à Twitter
  • Ajouter à Netvibes
Contacts
 
Envoyer cette page à un ami Imprimer cette page